Adresse électronique Mot de passe (oublié?)


40 ans, trop tard pour être formé(e) ?



Des travaux publiés aux Etats-Unis en 2009 puis en France en 2012, relayés par la presse et les médias, ont montré qu'un déclin significatif des performances cognitives s'observe tôt dans la vie adulte (soit déjà entre 20 et 30 ans). Sur la base de ces résultats, certaines politiques industrielles ont alors consisté à diminuer le nombre de salariés quarantenaires envoyés en formation. Le message porté par les données scientifiques nous invite-t-il à prendre ce type de décisions ?

Non.

1. Cette décision est basée sur un raisonnement erroné qui consiste à confondre effets du temps (déclin ici) et niveau cognitif. Signifier un déclin à partir de 20 ans sur le plan des habilités cognitives ne dit rien sur le niveau des personnes.
En effet, même si un déclin cognitif est observé sur le plan de la population au fil de l'âge, il existe de fortes différences inter-individuelles. Le niveau initial (habiletés cognitives à 20 ans) et l'évolution au fil du temps de ce niveau varient d'un individu à l'autre. Ainsi on observe qu'une forte proportion de quinquagénaires, sexagénaires, septuagénaires et octogénaires manifeste des habiletés supérieures à des personnes âgées entre 20 et 30 ans ou entre 30 et 40 ans. Cela signifie que malgré les effets du temps sur la cognition, ces personnes restent plus habiles qu'une partie des plus jeunes.

2. La performance au travail est déterminée par des facteurs autres que ces habiletés cognitives comme l'expérience ou l'expertise, les connaissances et la personnalité. Si l'on observe les courbes liées à l'âge sur des fonctions cognitives comme la mémoire, la rapidité, ou le raisonnement, on constate effectivement un déclin moyen sur le plan de la population. En revanche, les personnes qui occupent les postes à hautes responsabilités dans notre société, et qui excellent dans l'exercice de leurs fonctions sont le plus souvent des quinquagénaires ou sexagénaires. Une contradiction qui s'explique par le fait que ce sont ces autres facteurs - connaissances, expérience, personnalité - qui priment et rendent compte de l'excellence dans le monde du travail.